Accueil » Guide pour ouvrir un salon de coiffure

Guide pour ouvrir un salon de coiffure

par Mathilde dufour
301 vues
formalités

Ouvrir un salon de coiffure constitue un moyen pour concrétiser votre projet entrepreneurial. Il vous permet d’exercer une activité lucrative tout en vous consacrant à un métier qui vous passionne. Ce guide est conçu pour vous aider dans les formalités nécessaires à la création d’un salon.

Définir la nature de votre activité

Bénéfices imposables, cotisations sociales, indemnités journalières maladie, seuil de CA pour la franchise de TVA… Le taux ou le montant de tout cela dépend de la nature de votre activité. Habitué à conseiller les entrepreneurs de l’Île-de-France, un cabinet comptable paris peut vous aider à approfondir ces questions d’ordre fiscal et social. Vous pouvez accéder à ses services à tout moment et en tout lieu puisqu’il s’agit d’un cabinet d’expert-comptable en ligne.

Pour en revenir à notre sujet, le coiffeur est en principe considéré comme un artisan. Si en plus de son activité de coiffeur, il revend des produits de soin capillaire, il cumule une activité artisanale et une activité commerciale. Si le salon de coiffure emploie plus de 10 salariés, il est considéré automatiquement comme exerçant une activité commerciale.

Adopter un statut juridique

Il faut bien réfléchir avant de choisir le statut juridique du salon de coiffure. Votre choix aura un impact sur votre vie (régime social, responsabilité vis-à-vis des dettes de l’entreprise…). Il va aussi influencer la vie de l’entreprise (fiscalité, mode de fonctionnement…). À titre d’exemple, si vous optez pour le statut d’autoentrepreneur, votre chiffre d’affaires ne doit pas dépasser un certain seuil. Aussi, l’idéal est de demander les conseilsavisés d’un expert-comptable pour choisir la forme juridique la plus adaptée.

Si vous voulez être le seul à être aux commandes, vous pouvez opter pour l’entreprise individuelle (EI). Vous pouvez aussi choisir l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) ou la société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU).

Ces deux formes juridiques protègent votre patrimoine personnel et vous donnent la possibilité d’opter pour l’impôt sur les sociétés. Si vous investissez à plusieurs, vous avez leur version «?avec associés?», la SARL et la SAS.

Choisir le régime fiscal

En créant votre salon de coiffure, vous et vos éventuels associés avez le choix entre trois régimes fiscaux : l’impôt sur le revenu, l’impôt sur les sociétés et la microentreprise. Vos bénéfices font partie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux), ils sont imposables selon le statut juridique que vous avez choisi.

L’impôt sur le revenu (IR)

C’est l’imposition par défaut applicable aux entreprises individuelles et les EURL à associé unique personne physique. Les SAS et les SARL peuvent être soumises à l’IR pour une durée de 5 exercices comptables maximum, si les dirigeants en font la demande. Ici, les bénéfices versés aux associés et la rémunération du dirigeant non associé sont considérés comme des revenus. Le barème progressif de l’IR est alors appliqué.

L’impôt sur les sociétés (IS)

L’impôt sur les sociétés est pour la SAS, la SARL et l’EURL à associé unique personne morale. Ici, l’entreprise est imposée sur ses bénéfices, directement en son nom au taux normal de 25 % ou au taux réduit de 15 % (bénéfice inférieur ou égal à 42?500 €).

Le régime de microentreprise 

Ce régime d’imposition est réservé aux entreprises dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas les 72?600 €. Vos recettes sont imposées selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu après un abattement forfaitaire pour charges de 50 %.

Procéder aux formalités de création

En ouvrant votre salon de coiffure en qualité d’artisan, vous êtes tenu de vous immatriculer au Répertoire des métiers (RM). Si vous vendez en même temps des produits (soins capillaires, produits de beauté…), vous avez également le statut de commerçant. Dans ce cas, vous devez aussi vous immatriculer au Registre du commerce et des sociétés (RCS).

Les formalités de création dépendent du statut juridique que vous avez choisi. Globalement, vous devez déposer le dossier de demande de création en y joignant tous les documents requis. Puis vous devez vous rendre sur le site du guichet unique pour effectuer la demande d’immatriculation en ligne de votre salon de coiffure.

Si votre entreprise a pris la forme juridique d’une société (EURL, SARL, SAS), vous avez d’autres formalités supplémentaires à effectuer. Il s’agit entre autres de la rédaction des statuts, la nomination du gérant et le dépôt de capital social.

Voilà les démarches les plus importantes pour la création d’un salon de coiffure. À noter que l’expert-comptable peut aussi vous accompagner dans les démarches en amont comme l’établissement de business plan.

Facebook Comments

Actualités connexes

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité & cookies